Google a annoncé l’arrivée prochaine d’un nouveau service de jeu vidéo en streaming nommé “ Stadia ”. Aucun détails concernant le prix pour l’instant, mais on sait que le lancement est prévu cette année, et que les joueurs bénéficieront de jeux en 4K à 60 FPS (image par secondes).

“De la bombe. Le futur. Vous êtes pas prêts.”. Ce sont par ces mots qu’un ami développeur de jeux vidéo a répondu quand je lui ai posé la simple question sur WhatsApp : “@████ Ton avis sur Stadia ?”. Et puis, il a développé.

“ Tous les gens qui estime que 166 ms (millisecondes) de lag (ndlr : le temps de latence dû à la connexion internet) c’est soi-disant énorme, ils ne réfléchissent pas. La Xbox One X, la toute dernière console de Microsoft possède 145ms de lag en local. Les 20 ms en plus chez Stadia (166 > 145) s’expliquent par le délai de connection qu’il y a entre un joueur et le serveur Google le plus proche. Mais dans 5 ans, ce problème n’en sera plus un grâce à la 5G, qui sera déjà démocratisée et rapide. La fibre optique est déjà en train de s’installer partout, et il deviendra encore plus important d’avoir la fibre avec la 5G, car avoir des données mobiles plus rapide que sa box paraîtra paradoxale… “

Un Netflix Vidéoludique

“Google propose une solution qui permet à n’importe qui de jouer à n’importe quel jeu depuis n’importe où sans attendre, tout en se basant sur des services déjà démocratisés et utilisés par absolument tout le monde. De plus, les problèmes de connections de maintenant n’existeront bientôt plus.

Les seuls qui ne pourront pas se servir de Stadia de manière habituelle seront les joueurs professionnels, qui ne changent pas de jeu généralement et ont tellement optimisé leur machine pour la compétition que seuls 20ms de plus peuvent s’avérer problématique. Et heureusement, sinon on aurait pu prendre ça comme de la concurrence déloyale pour les constructeurs de console et de machines de jeu.

Si Google adopte un prix d’abonnement compris entre 10€ ou 15€ par mois, ce modèle de consommer le jeu vidéo devrait vite s’imposer comme la norme du jeu vidéo grand public.

Même les gens qui ne seront pas branchés au début seront forcés de souscrire à un moment donnée tant l’écrasante majorité sera déjà implantée dessus. Sans compter les centaines d’exclusivités Stadia qui ne connaîtront pas de déclinaison physique sur aucune autre console de salon. La démo Mega City de Unity (ndlr. Une démo de jeu dans une ville futuriste créé grâce au logiciel de développement 3D Unity) et bien d’autres demandant 2 machines Stadia pour tourner proprement (ndlr. Un serveur est composé de plusieurs machines. 2 machines en simultanée pour 1 jeu, c’est beaucoup)…”

Mega City
https://www.youtube.com/watch?v=9ADpYQIQg1w (17sec)
https://www.youtube.com/watch?v=j4rWfPyf-hk (13 min)

Démo technique : rendu simultané de plusieurs cartes graphiques (avec Stadia)

La mort des consoles ?

“Pas la mort non. Il est possible que Stadia apparaisse aussi sur console et que les joueurs des différentes consoles s’adaptent progressivement. Du coup, tu pourras profiter des jeux que tu veux par n’importe quel moyen tant que ce n’est pas une exclusivité (NDLR. Certains jeux sortent exclusivement sur un modèle de console) “

Sony et Microsoft doivent surement développer un concurrent direct à Stadia pour leurs propres boîtiers ?

“J’ai tendance à penser que Stadia sortira sur Xbox One X avec un avantage quelconque. Genre une réduction ou un truc en plus qui vient avec l’abonnement, pour que les gens soient plus tentés par le fait de prendre une Xbox.

Par contre, je pense que Nintendo ne va jamais s’associer avec Stadia. Ils ont tellement de licences que si ce sont les seuls à développer pour leurs consoles, les gens achèteront quand même. Le public de Nintendo, ce ne sont pas des hardcores gamers pour la plupart : ils resteront fidèles aux produits Nintendo qui sont singuliers. Un jeu Nintendo n’exige pas autant de performances graphiques que les triples A de ses concurrents. Donc aucun intérêt.

Seul Sony va devoir s’adapter parce que ses partenaires majoritaires, comme Naughty Dogs (The Last Of Us, etc.), seront très vite tentés de sortir leurs jeux sur Stadia. Mais je pense qu’ils qu’ils vont s’associer à Google, je ne m’inquiète pas pour ça “

Avant Google, Microsoft a annoncé le développement d’une plateforme virtuel nommé xCloud dès octobre 2018.

Penses-tu que Sony (Playstation) a une fanbase (audience fidèle) assez forte pour se permettre de faire concurrence à stadia ?

“Nan. Si Stadia marche, la majorité des jeux Sony seront sur Stadia. Sony aura moins d’appeal (moins attirant). Le problème des jeux Playstation et Xbox, c’est qu’ils sont souvent conçu pour avoir un max de puissance avec une UI (User Interface = interface d’utilisation) super friendly (agréable) : ils ont pour argument de vente majeur le fait qu’ils ont des graphismes incroyables. Avec Stadia qui propose du jeu instantané sans limites matérielles et avec plus de performances, une simple console ne fera pas le poids. Surtout qu’en plus, une console implique d’installer le jeu et d’attendre le temps des chargements… Imagine juste jouer à un Red Dead Redemption 3 sur Stadia… Mais cependant, il y aura toujours des gens pour acheter Playstation. Après, les franchises dites “solides” de Sony (Uncharted, Killzone, Fifa, les Quantic Dreams…) qui se vendent le mieux n’appartiennent pas à Sony eux-mêmes… donc rien n’empêchera les entreprises de développements de jeux de mettre ces mêmes titres sur Stadia… ”

Avant de conclure par “ Donc finalement, il n’y a plus vraiment d’intérêt à utiliser une play (même si généralement ils tournent mieux sur PlayStation que sur Xbox héhé). Je pense sincèrement que Google et Disney vont avoir le monopole du divertissement et qu’on va devoir s’écraser devant leur pouvoir.” Ouch.

Bon évidemment la fin est teinté d’un peu de second degré mais, il est vrai que la conjoncture actuelle laisse penser que d’ici à 5 ans, cette situation est parfaitement envisageable. Mais les pari et le débat n’est pas clos pour autant, au contraire.

Vidéo d’annonce de Stadia

Faites vos prédictions en réponse et stay tuned.

Notre lettre d'info mensuelle, pour prendre du recul sur l'actualité.

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *