Jouer au foot sur un cimetière ?

Paru le 23 février 2021, l’article du “Guardian” est accablant. Depuis l’attribution de la coupe du monde 2022 au Qatar en décembre 2010 par la FIFA, ce sont plus de 500 travailleurs qui sont morts dans la construction des stades. Principalement issus d’Asie du Sud, ces ouvriers travaillent dans des conditions très difficiles sous une chaleur terrible. Depuis des années, la FIFA est alertée sur ces conditions inhumaines, sans qu’il n’y ait de réactions nettes, pire, elle s’est défendue dans un communiqué en estimant que le nombre de morts était “faible” par rapport à d’autres constructions dans le monde.

Alors, est-ce que la FIFA est encore capable d’améliorer le football mondial ?

Retour sur une institution entachée par les scandales ?

Les grandes dates de la FIFA :

  • 1904 : Création de la FIFA rue Saint-Honoré à Paris par Robert Guérin. Elle compte aujourd’hui 212 fédérations.
  • 1930 : Première coupe du monde de la FIFA en Uruguay. Elle a lieu tous les 4 ans (sauf en 1942 et 1946).
  • 1974-1998 : Période pendant laquelle Joao Havelange est président de la FIFA. (Chaque mandat dure 4 ans).
  • 1998-2015 : Sepp Blatter prend la suite d’Havelange à la tête de la FIFA. Il y était déjà secrétaire général depuis 1981.
  • 2015 : Début du “FIFAgate” et élection de Glanni Infantino en 2016. Il promet de m restaurer l’image de la FIFA et de reverser 25% des recettes aux fédérations.

Havelange : Football, business et corruption

Joao Havelange devient le 7e président de la FIFA et succédé à Stanley Rous le 11 juin 1974. Ses 24 ans de présidence sont marqués par une ouverture de la coupe du monde avec un élargissement de la compétition de 16 à 32 équipes en 1998, cette réforme permet un renouvellement des équipes qui participent mais aussi un marché plus large à exploiter. Il crée aussi la coupe du monde féminine en 1991.

Ses mandats sont aussi ceux de la corruption et du clientélisme. Andrew Jennings, reporter britannique, met la main à la fin des années 2000 sur des documents qui prouvent des achats de voix pour obtenir la présidence de la FIFA, ainsi que des contrats d’exclusivité pour sa société de marketing appelée ISL dont Havelange était le gestionnaire. Elle avait tous les contrats de la FIFA. On parle d’environ 100 millions d’euros de pots-de-vin.

Mexico 1986, droits TV privatisés

La coupe du monde 1986 est organisée au Mexique pour la deuxième fois en 16 ans. Pour la première fois dans l’histoire de la coupe du monde, l’organisation est gérée par une entreprise privée, Televisa, détenue par l’homme d’affaires Guillermo Canedo, grand ami de Joao Havelange. Les résultats ne se font pas attendre : les retransmissions des matchs sont catastrophiques, les pays éloignés reçoivent très mal le signal malgré les droits TV exorbitants. Les pays européens hurlent au scandale et demandent réparation. Cette coupe du monde remet sérieusement en doute le système Havelange qui a transformé football en produit marketing régi par la seule logique de celui qui paiera le plus.

Sepp Blatter, Héritier d’Havelange

Sepp Blatter est élu en juin 1998 juste avant la coupe du monde en France. Ses promesses sont nombreuses subventions à des associations, développement du football dans les pays pauvres, créations d’emplois à la FIFA… Ses mandats sont dans la continuité de son prédécesseur, il cherche à étendre l’influence des nations en développement, la coupe du monde 2010 est attribuée pour la première fois à un pays africain en Afrique du Sud. De la manière qu’Havelange, sa présidence est écornée par day achats de voix lors des élections as alles de billets d’entrée pour la coupe du monde 2014 où le neveu de Blatter est mis en cause. Mais surtout par la faillite d’ISL (toujours affiliée à la FIFA) en 2001 avec des dettes de plusieurs dizaines de millions de Livres. ISL est le premier scandale avéré de corruption sein de la FIFA.

Scandale d’ISL : la fin d’Havelange

ISL (intenrational sport and Leisure) est une société de marketing créée en 1982 par Adidas Horst Dassier le fils du créateur d’Adidas. Elle était affiliée à la FIFA, mais aussi au CIO (Comité international olympique). Pendant près de 20 ans, elle avait tous les contrats exclusifs de droits marketing autour des coupes du monde. Après sa faillite en 2001, une enquête approfondie a été faite. Six anciens dirigeants d’ISL sont mis en cause dans des affaires de fraude et de corruption. Joao Havelange et son gendre Ricardo Teixeira (patron de la fédération brésilienne à l’époque) auraient perçu 40 millions de dollars en pots-de-vin rien que dans les années 1990. Ce scandale oblige Havelange à quitter son rôle de doyen du CIO en 2011 (dont il était membre depuis 1963) mais aussi sa place de président d’honneur de la FIFA en 2013.

FIFA Gate : la fin de l’immunité

Le 27 mai 2015, plusieurs hauts responsables de la FIFA sont arrêtés à Zurich au siège de la FIFA. Ces arrestations sont légitimées par des soupçons de blanchiment d’argent et racket de sponsors. L’enquête est menée par le FBI. Les peines se multiplient, le secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke est suspendu à vie, Sepp Blatter écope d’une suspension de 5 ans tout comme Michel Platini, ancienne star de l’équipe de France alors président de l’union des associations européennes de Football (UEFA). Gianni Infantino est élu en 2016 à la place de Blatter, il promet de rompre avec le système précédent et de remettre le football au centre des débats. Le 21 février 2021, le parquet Suisse fait appel de l’acquittement de Nasser al-Khelaïfi, président du PSG et de Bein Sports pour gestion déloyale des droits TV pour les coupes du monde 2026 et 2030.

Boycotter la coupe du Monde 2022 : mission impossible ?

Les coupes du monde sont passées d’un événement que personne ne voulait organiser en 1930 à la compétition la plus suivie au monde avec les Jeux olympiques. Entre la coupe du monde 2006 en Allemagne et le coupe du monde 2018 en Russie, les recettes issus droits TV car dent (de 1,5 à 3 milliards de dollars). Les audiences de la dernière coupe du monde se situent autour de 3 milliards de téléspectateurs dont 2 milliards rien que pour la finale. La compétition phare de la FIFA dépasse désormais largement le seul domaine du sport, mais a pris une dimension politique et économique. La coupe du monde 2022 n’est ni la première, ni la dernière à être décriée, mais tout cela disparaîtra le 21 novembre 2022, date du premier match, sans doute grâce à la magie du sport…

Notre lettre d'info mensuelle, pour prendre du recul sur l'actualité.

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.