A QUOI SERT L’ONU ?

Avec son lot de catastrophes, l’année 2020 a poussé les institutions dans leurs retranchements. Trump, Ouïghours, Syrie… une question revient souvent dans les médias mais que fait l’ONU ?”

Le rôle des Nations Unies semble de plus en plus flou, voir limité. Afin de mieux comprendre son rôle et ses enjeux, voici un rappel sur l’histoire de I’ONU.

Les Nations Unies sont-elles vraiment devenues impuissantes ?

RETOUR L’HISTOIRE D’UNE RECHERCHE DE LA “PAIX”.

À L’ORIGINE DE L’ONU

  • Création de la SDN

1919 : création de la Société des Nations par le traité de Versailles. Le but est de conserver la paix après la Première Guerre Mondiale.

  • Déclaration des Nations Unies

La Déclaration des Nations Unies est signée le 1er janvier 1942 à Washington, par les 26 États se battant contre les forces de l’Axe.

  • Création de l’ONU

L’ONU a été officiellement fondée à San Francisco le 24 octobre 1945 avec la ratification de la Charte des Nations Unies.

  • 193 états membres

En 2012 l’adhésion du Soudan du Sud porte à 193 le nombre d’États membres. Seuls 4 États dans le monde sont absents : la Palestine, le Vatican, les îles Cook et Nioué.

António Guterres devient le secrétaire général des Nations Unies en 2017.

QUELS OBJECTIFS ?

La Charte des Nations Unies de 1945 avait défini 4 objectifs principaux :

  • Maintenir la paix et la sécurité dans le monde.
  • Développer les relations amicales entre les nations.
  • Réaliser la coopération Internationale sur tous les sujets où elle peut être utile et en encourageant le respect des droits de l’homme.
  • Être un centre où s’harmonisent les efforts des nations dans des objectifs communs.

POURQUOI L’ONU ESI ELLE TANT CRITIQUÉE

Unidas Dans cette interview réalisée par Arte, Célhia de Lavarène, ex-collaboratrice de l’ONU, résume les raisons de plus la grande critique faite aux Nations Unies : l’inaction.

Le Conseil de Sécurité fait face à un problème de taille : comment intervenir localement sans froisser les intérêts nationaux et générer un conflit mondial ?

De plus, les failles institutionnelles n’arrangent rien. Le droit de véto des États qui siègent au Conseil est une arme diplomatique. Ils l’utilisent pour influencer l’équilibre international, et l’appareil du Conseil se retrouve alors paralysé par son propre système de vote.

ÉCHEC EN DATES

On estime que l’ONU aurait échoué à éviter une trentaine de conflits armés depuis 1945.

Au cours de la guerre froide, les USA et l’URSS ont entrepris des actions militaires unilatérales en Hongrie (1956), en Tchécoslovaquie (1968), en Afghanistan (1979), à Cuba (1961), au Nicaragua (1980), à la Grenade (1983) ou au Panama (1989).

Après la fin de la guerre froide, le conflit en Yougoslavie (1999), puis la guerre contre le terrorisme après le 11/09/2001 ont révélé les failles de l’ONU. Ainsi, en 2003, l’intervention américaine en Irak est déclenchée sans autorisation.

À partir des années 50, une force des Nations Unies est créée : ce sont les Casques bleus, Mais. ces contingents sont composés de soldats envoyés par les États eux-mêmes, et donc selon leur bon vouloir…

UNE INSTITUTION INUTILE ?

La question de l’efficacité de l’ONU est très complexe. L’ordre qu’elle essaye de maintenir est piétiné par ses propres garants. Les États qui siègent au Conseil (Chine, USA, Russie, France et Royaume Uni pour les permanents) ne respectent eux-mêmes pas toujours leurs propres règles.

Alors : comment restaurer la confiance ?

La question est cruciale. Pour Mme Michèle Griffin, directrice de la planification des politiques auprès du secrétaire général de l’ONU « Si la réforme [de l’ONU] n’est pas en lien avec une vision stratégique du futur du multilatéralisme, le risque est grand de rater une transformation profonde et clairement souhaitée. Ce sera alors à la prochaine génération de réparer les pots cassés. Aujourd’hui, la confiance dans les institutions multilatérales est à son point le plus bas ».

COMMENT RÉFORMER?

Pour remédier à tout cela, une réforme a été proposée par le Secrétaire général, António Guterres, dès son arrivée en 2017. Ses propositions sont rassemblées en trois piliers : le développement, le pilier paix et sécurité, et la gestion.

Mise en œuvre dès 2019, cette réforme paraît pour l’instant bien silencieuse dans les médias. Une réforme du Conseil de Sécurité est toujours en discussion.

MAIS, EST-IL VRAIMENT POSSIBLE DE REFORMER L’ONU ? A SUIVRE …

Notre lettre d'info mensuelle, pour prendre du recul sur l'actualité.

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.