LA 5G, C’EST QUOI ?

La 5G est la 5e génération de technologie mobile, qui va succéder à la 4G, qui est opérationnelle depuis 2012 en France. Elle promet d’être au moins dix fois plus rapide, ce qui permettrait par exemple de télécharger un film en full HD ou un jeu en quelques secondes. Elle améliore le confort de communication, elle révolutionne complètement l’inter-connectivité entre les objets pour développer des secteurs comme la télémédecine, les “smart-cities”, mais aussi les dispositifs de surveillance.

La monopolisation de ce marché est partagée entre d’un côté les USA et de l’autre la Chine. Une guerre technologique sino-américaine est-elle possible ?

DÉCRYPTAGE D’UNE INNOVATION CONTESTÉE

HUAWEI COMME VITRINE DE LA PUISSANCE CHINOISE

La 5G marque définitivement le retour de la Chine comme acteur économique de premier plan dans le secteur des nouvelles technologies. A travers l’entreprise Huawei, la Chine devient un concurrent très sérieux pour les Américains dans le partage de ce nouveau marché. Le gouvernement Chinois cache pas ses ne ambitions et voudrait devenir le leader mondial dans les domaines des batteries, de l’intelligence artificielle et de la 5G, d’ici 2049.

A l’heure actuelle, Huawei détient 29% du marché mondial de l’électronique (jusqu’à 43% en Asie du Sud-Est) et le 1er chiffre d’affaires dans le domaine, avec plus de 122 milliards de dollars. Huawei est cependant suspecté d’utiliser sa technologie de reconnaissance faciale pour surveiller les populations, Ouïghours notamment.

DONALD TRUMP, PREMIER REMPART CONTRE HUAWEI

La montée en puissance de Huawei inquiète beaucoup les Américains. Les USA ne comptent pas utiliser la 5G Huawei et l’ont exclu de leurs futurs réseaux en mai 2019. Cette décision est à la fois protectionniste, mais aussi dictée par la crainte d’espionnage Chinois. Les USA ont été les premiers à déployer la 5G sur leur territoire, dès fin 2018. Quelques mois plus tard, les résultats sont plutôt mitigés : réseaux partiels, appareils incompatibles…

Début 2020, un projet commun a vu le jour entre plusieurs firmes Américaines, comme Microsoft ou Dell, pour essayer de contrer Huawei et ne plus dépendre de sa technologie, mais leur élan a été stoppé par la COVID-19. Le géant Américain CISCO est en pôle position pour fournir les cœurs de réseaux et AT&T s’occupe de la diffusion.

CHINE OU USA, IL FAUT CHOISIR…

A travers en ce bras de fer autour de la 5G, il est possible de dresser une carte des alliances. Par exemple, pour des pays alliés historiques des USA comme le Japon ou la Canada, il y a eu un alignement rapide sur la décision Américaine d’exclure Huawei des réseaux 5G. Au Moyen-Orient et en Afrique, les pays sont plutôt ralliés à la cause du géant Chinois, étant donné les investissements massifs de la Chine en Afrique. En ce qui concerne l’Union Européenne, c’est un peu plus compliqué. Il n’y a pas forcément de politique très uniforme pour l’ensemble des États membres, seulement des recommandations de la part de Bruxelles de ne pas dépendre que d’un seul fournisseur de 5G. En Europe, la 5G est aussi sujette à des contestations, tant d’un point de vue écologique que de la santé.

VERS UN DÉSASTRE ÉCOLOGIQUE ?

En France, le Haut Conseil pour le climat (HCC) avertit sur l’augmentation de l’empreinte carbone que pourrait provoquer l’arrivée de la 5G, à cause du besoin de rénover les antennes réseau, un renouvellement accéléré des smartphones…

Une augmentation qui pourrait monter jusqu’à 6,7 millions de tonnes de CO2 pour les estimations les plus pessimistes. Le HCC reproche au gouvernement de ne pas avoir fait d’évaluations préalables avant d’avoir attribué les réseaux aux opérateurs.

Les opérateurs sont plus modérés quant à l’impact provoqué par des antennes 5G, car même si elle consomme 3,5 fois plus que les antennes 4G, elle offre aussi un débit plus élevé et n’émet pas continuellement. Elle peut par exemple se mettre en veille la nuit.

LA 5G, DANGEREUX POUR LA SANTÉ ?

La première crainte des opposants à la 5G concerne le potentiel danger pour la santé que pourrait représenter les ondes émises. Les avis à ce propos sont plutôt variés. En effet, le “5G appeal” est une pétition générale signée par plus de 200 scientifiques à travers l’Europe. Ils affirment que la 5G demanderait plus d’antennes et donc plus d’ondes. Cependant il existe des normes Européennes d’émission d’ondes électromagnétiques et le danger réel de ces ondes est encore très débattu et incertain, même au sein de la communauté scientifique. Il est donc impossible de dire avec certitude si la 5G est dangereuse pour la santé ou non.

ET EN FRANCE ?

La France reste encore divisée sur le sujet, mais le gouvernement ne compte pas prendre de retard dans la course à la 5G. L’État est cependant frileux à laisser Huawei comme seul fournisseur de technologie 5G sur le territoire, et l’a déjà exclu de son réseau en lle-de-France.

Pour les géants de la téléphonie, la bataille fait rage pour savoir qui lancera en premier la meilleure offre 5G et la plus alléchante. Deux appels d’offres ont été faites depuis le début de l’année 2020. Pour l’heure, c’est Free qui semble avoir marqué le plus gros coup avec une offre à moins de dix euros pour un abonnement 5G. Les opérateurs ont massivement investi dans le nouveau réseau mobile, une somme estimée à non moins de 3 milliards d’euros.

ET APRÈS ?

Alors que la 5G n’est encore qu’en phase de développement et ne sera probablement pas implantée complètement avant quelques années, elle suscite autant de craintes que d’espérances. Les pays doivent se positionner et faire un choix : opter pour la technologie Huawei, malgré des doutes quant à la neutralité de ce réseau, ou vouloir garder son indépendance technologique, quitte à prendre du retard dans la course à la 5G ?

Les USA retrouvent avec la Chine un adversaire à leur taille dans le domaine des nouvelles technologies, une première depuis I’URSS. De la jusqu’à aller à une guerre froide technologique ?

Notre lettre d'info mensuelle, pour prendre du recul sur l'actualité.

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.